Le blog de Jean David TECHER, un Réunionnais à Saint-Priest/Lyon

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


1 2 3 >

lundi 24 octobre 2016

Il a été décidé...

Nous fûmes enchainés et trainés vers le Grand Tribunal pour connaître enfin le verdict. Regroupés dans le parloir, je jetais un regard rapide vers mes frères d'armes. Nous avions peu mangé cers derniers jours, pour ainsi dire quasiment rien.

Le gondolier ouvra la grande porte. Les 14 chefs entrèrent, prenant place sur la grande place au-dessus du parloir. Ce dernier acte devait se jouer à huis-clos. BögohSian -- Président de la séance des 14 chefs -- prit se leva, émunéra les chefs d'accusation.

Je ne l'écoutai pas. Je les connaissais déjà tous (...) Ce n'était que mensonge et mensonge!

Il eut toute mon attention quand il prononçat ces quelques mots. Il a été décidé.. Il eut ces quelques mots du moins ce discour

Il a été décidé -- soupir -- et ceci à l'unanimité que les 8 chevaliers de la Grande Discorde

  • Yümen de Clivezêrsan
  • Chelli Di Barouseaf
  • Khurân Fehlazisouenf
  • Hoghmodo De Tunis
  • Cabolije De Falgote
  • Skaa De Moaskovitch
  • Lindra de Fallounichën
  • Bendra de Lisso

ont été reconnus coupables des crimes qui leurs sont reprochés -- soupir --. Dans le respect des règles qui intruisent ce tribunal, Nous les 14 chefs garant de l'Ordre Impérial vont condamnons à mourir. -- soupir --. Selon les coutumes de notre peuple, les mécrants que vous êtes subirez le même sort que votre Grante prêtresse, à savoir la peine de mort. Vous serez guillotinés dans 34 journées.

Rendus responsables des crimes qui vous sont reprochés, le tribunal espère que dans la durée qui vous mènera vers votre mort vous trouviez le temps de vous repentir.

Gondoliers. Menez ces hommes vers leurs cellules!

Les 14 chefs se levèrent, rassemblèrent leurs affaires et pressèrent le pas pour quitter le Grand Tribunal. Dans un ultime sursaut, je lançais ces quelques mots à BögohSian

Et concernant nos accompagnons, vous aviez promis de faire quelque chose?

BögohSian ne dénia point tourner son regard vers le mien. Il n'eut qu'une seconde d'hésitation avant d'ajouter ces quelques mots

Un autre jour peut-être!

Ces quelques mots résonnent encore dans ma tête! Je ne les ai jamais oubliés et je ne pourrai jamais oublié. Voilà ce qu'il reste des souvenirs, des débris de souvenirs devrai-je plutôt dire de ma vie passée. J'ai survécu. Par quel miracle? Je ne sais pas. Je suis ici dans ce monde. Il y a eu un prix à payer. Le prix fut payé! Mais je me dois de découvrir quel fut ce prix et pourquoi.

Du moins pour mes frères.

mercredi 26 décembre 2012

En l'an de grâce...

Ils ont toujours agi dans l'ombre comme la milice la plus secrète de l'exécutif. S'étant infiltrés dans nos vies même dans nos cercles les plus proches, nous ne pouvions nous douter à nous quatre que la piège se refermait sur nous. Lorsque ce dernier se referma, un seul d'entre nous à la toute dernière minute et au tout dernier moment réussi à leur échapper. Ce fut moi bien que j'aurai tout donner pour que les autres y en réchappent(...)

Il y a de ce là plusieurs années encore les chaines du destin devaient venir boire le sang de mes bras. J'ai de peu échappé à cette justice que par le salut de celle qui m'a toujours protégé au-delà les mondes et des prières. La bienveillance de mon plus fidèle compagnon a réchauffé mon coeur. Il est temps aujourd'hui de regarder vers l'avant. Ces années je ne suis souvent posé la question du devenirs de chacun de mes frères. Par ces mots et ces quelques lignes, je sais que mon message trouvera écho.

L'heure est venue - comme le calme règnant avant la tempête - de nous retrouver. Le bonheur a un prix que certains en ces heures de futilité festives pensent mériter au prix et au mépris de certains oubliés. Un sacrifice a été nécessaire pour justifier votre bonheur qui ne serait qu'être éphémère en ces heures sombres où les armés de l'ombre chevauchent(...) Je n'éprouverais aucune pitié, ni aucun sentiment ni regret pour ce qui a été fait. Aller de l'avant sans se retourner malgré les cris...

lundi 14 novembre 2011

Un vague pressentiment...

Ce devrait être une des ces fameuses nuits de l'été 2008 à Antibes/Juan-Les-Pins.

Nous étions tous réunis au Tché (ancien bar de connu à Juan-Les-Pins). Sur la terrasse avec ma acolyte, nous sirotions comme à notre habitude:

  • moi: un verre de Ti'Punch;
  • lui: un verre de rosée.
Ce soir-là, la musique bâtait son plein, les convives affalés à leur table se laissaient entrainer par la musique - un de ces succès dont je n'ai plus aujourd'hui le nom -. Le ciel était dégagé, l'ambiance festive, la bonne humeur au rendez-vous de cette soirée. Dans le ciel, la lune resplendissait de plus belles. Si le diable était de passage ce soir-là dans les environs - je pense -, il aurait changer la direction de son parcours avant de se rendre à sa destination. Intrigué par les bruits et l'ambiance bonne enfant, il se serait rapproché du bar.

On m'a conté que quand le diable s'approche, la lune manifeste sa présence. Pourtant ce soir-là, cette manifestation était des plus étranges: une lune belle certe mais au combien dégagée, éclaboussée par deux nuages noirs bien funestes dont l'étendue n'occupait à peine ce ciel d'azur...Ce n'était donc pas le diable qui occupait les lieux mais sûrement un des envoyés, un messager venu en ces lieux clamé les fins des festivités.

Une telle lune on en voit pas si souvent dans sa vie, signe d'un présage, qui se verra exact par la suite. Certains guettent parfois le ciel à la recherche et dans l'attente d'un signe (...), d'autres savent qu'on les attend et qu'ils répondront présents le moment venu.

Par ces longues nuits d'automne, le ciel est bien dégagé ce dimanche soir à Saint-Priest/lyon. La lune est à nouveau la même. Comme l'année 2011 fut riche en évènement,, peut-être que je me trompe mais 2012 sera à la croisée de grands évènements.

samedi 29 octobre 2011

Petites pensées du week-end

Nous sommes Samedi matin, il est déjà 1h20 du matin. Sur le bureau au moment où je rédige ce billet, Simba est en train de dormir tranquillement attendant que j'aille me coucher. Avant d'aller me coucher, j'avais envie de rédger ce billet, histoire de faire le point sur le mois d'octobre qui s'achève bientôt.

Celà fait déjà 3 mois et 3 semaines que je suis sur Lyon, j'ai vraiment l'impression que celà fait déjà une éternité. De ma situation actuelle, je ne me plaindrais pas. J'ai eu la chance tout le long du mois d'octobre 2011 de revoir des amis d'Avignon. Ce qui m'a aussi fait plaisir à la mi-octobre, c'est d'avoir été invité par un collègue le temps d'un week-end dans sa famille pour découvrir Chamberry et Annecy. J'ai pris plaisir à visiter ces deux villes. C'est vraiment deux belles villes. Comme on dit ce n'est qu'une première impression, il est vrai que je ne réside pas dans ces lieux pour mieux juger.

Le seul point négatif aura été le temps maussage qu'il a fait depuis la mi-octobre. On a quand même eu on va dire un supplément de temps d'été agréable. Parfois je me dis que je suis content de ma situation actuelle:

  • J'ai revu mes amis d'Avignon;
  • Ma période d'essasi pour le boulot a été confirmée;
  • Simba et moi, nous sommes bien là où nous sommes à Saint-Priest: le calme et la tranquilité tant souhaitée/retrouvée depuis bien longtemps.
Pourvu que ça dure!