Le blog de Jean David TECHER, un Réunionnais à Saint-Priest/Lyon

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 >

lundi 24 mars 2014

Crysis 2 (patched 1.9) / Wine 1.7.15: new patch to play this game, tips so save game could be loaded

Yesterday I spent all my time on finding the expected patch so Crysis 2 (patched 1.9) could be played using wine 1.7.15.
  • If your version is older than 1.7.15 you just need the well-known double buffer patch.
  • If your version is 1.7.15 then without this new patch you may have flickering screen or black screen.
Finaly I found the guilty. There is a changeset to revert. All technical details are provided here

Documentation: the new patch, lowering resolution so save game could be loaded

All technical details are provided at http://www.davidgis.fr/documentation/Crysis_2/wine/1.7.15/

You tube video:

If I have free time this week then I will try to test "Crysis Maximum Edition"

jeudi 20 mars 2014

En tant qu'exilé Réunionnais, je suis assez fier de mon parcours professionnel

Bientôt treize années que je vis en France métropolitaine. Treize années avec toutes ses phases. Des phases de bonheurs, malheurs mais dans l'ensemble je dois quand même dire que j'ai eu beaucoup de chance. Souvent on me demande pourquoi tu ne rentres pas dans ton pays?. Vous interpréterez la question comme bon vous semble notamment concernant le terme pays dans la question. On peut y voir ce qu'on voudra
  • = là-bas la vie est meilleure
  • = encore un étranger qui bouffe un boulot en France
  • = bla bla bla

Rien à branler!

Parcours professionnel

Mon parcours professionnel je l'ai fait moi-même et sans l'aide de personne. En 2003 en débarquant sur la marché de l'emploi avec un D.E.A de mathématiques en poche, on m'a souvent posé la question. Quelque part ça faisait mal! Des larmes ont coulé quand on voit que la terre de la mère-patrie vous acceuille ainsi. Ca fait encore plus mal quand on voit que 6 années d'études sur le marché de l'emploi se limite à donner des cours en maths avec un salaire de misère. Bref! Faire des études de maths c'était mon choix. Bien fait pour ma gueule! J'avais qu'à me démerder...Bla bla bla...Tout le monde passe par là. Je n'ai pas de moral à faire. J'ai commencé en bas de l'échelle

Mes compétences en informatique se limitaient à ce que j'avais vu à la fac. Encore c'était super limite. Un mec avait monté sa boite en 2003. Il m'avait engagé pour être son premier développeur. Moi qui cherchait du taf je n'avais pas dit non. J'ai commencé au RMI. Celà me suffisait amplement pour vivre pendant les premières années. Du coup j'en ai profité pour améliorer mes compétences en informatique.

Alors pourquoi je suis encore là? Un petit retour en arrière sympose. En 2003 j'ai commencé à m'intéresser à PostgreSQL/PostGIS. Pour faire court à l'époque personne France n'avait eu l'idée de rédiger de la documentation sur ces deux outils informatiques. J'avais donc entrepris de la rédiger. Elle m'a bien servie. C'est la premièrefois que le petit éléphant va frapper!

Note: le symbole utilisé par PostgreSQL est un petit éléphant bleu Du coup à l'époque Google est passé par là. Dans mon premier travail à 01MAP (qui n'existe plus aujourd'hui) ca nous a permis de décrocher des formations en informatique sur ces outils.

En 2007 la boîte ferme, met la clé sous la porte. Je décide de me réorienter pour faire autre chose que du PostgreSQL/PostGIS. Je trouve un autre boulot. Le cadre ne s'y prête pas trop. Grosse dépression, perte de confiance en soi. Fin 2007, rien ne va plus aussi bien sur le plan professionnel que sur le plan relationnel. L'envie de rentrer à la Réunion me traverse à nouveau l'esprit mais cette fois-ci de manière définitive. En novembre 2007 le téléphone sonne. On me propose un poste pour faire du PostgreSQL sur la côte d'Azur. J'avais besoin de changer d'endroit, de rencontrer de nouvelles personnes. C'est la seconde fois que le petit éléphant va frapper!

Début 2008 direction la côte d'Azur. Les premiers mois sont les meilleurs. Je vous passe les détails.

En 2009, je décide d'arrêter l'aventure sur la côte d'Azur pour me rapprocher de Montpellier en postulant sur Avignon -- j'en ai gardé un très très bon souvenir de cette époque --. Je décide de faire de l'Oracle. C'est toujours bon à mettre sur le CV. J'en profite aussi pour améliorer mes compétences en virtualisation sous Xen. Lors de mon passage sur Avignon, je me dis que au bout de 6 ans, je suis trop vieux pour refaire du PostgreSQL. Y'a des jeunes qui ont du débarqué sur le marché de l'emploi et ils doivent être meilleur que moi. Pour la troisièmre fois le petit éléphant va me démontrer le contraire en 2011 pour un poste à Lyon

C'est la raison pour laquelle je vis sur Saint-Priest (à côté de Lyon) aujourd'hui. Un parcours assez atypique.!

Séjour et relations

Si j'avais baissé les bras je serais chez moi aujourd'hui à la Réunion soit en train de glander, soit en train de travailler. Des remarques racistes en France j'y ai eu droit (même encore aujourd'hui). Des questions à la con sur l'île de la Réunion ont m'en à poser. Il y a des cons, des incultes partout. Même à la Réunion il y en a. Après plus de dix ans passés en France, le racisme banalisé ne em surprend plus. Celà ne me choque point

Même des remarques du style mais en fait t'es pas un vrai Réunionnais!. Ce genre de connerie me prête à sourire. Mon coeur de Réunionnais je ne l'ouvre uniquement quand je dois l'ouvrir. Je ne fais que m'adapter à la personne en face de moi même si elle est plus conne que moi (même au boulot!). Ce parcours a permis de forger mon caractère.

Ce qui me frappe le plus c'est la jalousie aussi bien professionnelle que relationnelle. C'est con à dire mais c'est comme ça! J'en ai fais les frais en 2007(...) Du coup je réserve mes amitiés, ma sympathie uniquement à ceux qui en valent le coup. Ces gens en France se comptent sur les doigts de la main.

La France est un très beau pays. Y'a des cons partout mais il y a aussi des gens bien. Parfois à 10,000 km de chez moi quand j'avais honte d'appeler ma mère pour pleurer c'était/est à eux que je me confis. Avec eux je peux. C'est une 2nde famille! C'est le plus important. Le reste on fait avec.

lundi 17 mars 2014

The collection: un bon amusement. Du gore comme je l'aime!

Ce dimanche (fénéantise oblige!) j'ai regardé le film "The Collection". Ce film est la suite du film The collector. J'ai déjà vu le premier volet. Il m'avait beaucoup plus.

Speech du premier volet

Des travaux ont lieu dans une maison. Une nuit l'un des membres de l'équipe de travaux décide de visiter la maison pour la cambrioler. La maison se devait d'être vide pour qu'il puisse la visiter mais les jeunes (amis de la fille du propriétaire de la maison) reviennet sur leur pas. Le cauchemar commence car le tueur rôde. La maison est truffée de piège. Donc on a
  • le voleur
  • les jeunes
  • le tueur
Que le spectacle commence!

Petite note: lors de chaque visite de maison le tueur a l'habitude de ne laisser qu'un seul survivant. Il repart toujours avec une grosse malle dans laquelle le seul survivant est enfermé

. Pour du pur gore c'est du bon gore

Le second volet


Ce n'est pas le gardien d'un musée ou quelqu'un qui participe à une soirée SM mais bien le tueur et une partie de sa collection
Ce n'est pas de la même trempe que le premier volet mais on passe quand même un bon moment. La personne ayant échappé au tueur lors du premier volet aide une équipé qui a le projet de délivrer une jeune fille kidnappé par le tueur. Partant de ce principe c'est un bon film d'action. L'effet de surprise s'estompe par rapport au premier volet mais ce second volet vaut quand même le détour.

lundi 10 mars 2014

Rest

Excellente documentation